Version HTML ?



Poursuites

Il y eut l’automne et il y eut l’hiver, et le printemps, encore... Et c’était toujours le premier jour. Ma vie baignait dans un parfum de pomme et de cannelle, ma peau était parcourue de frissons délicieux au simple contact de sa peau, et mes yeux n’étaient jamais rassasiés de sa présence. Différents et semblables, nous ne nous quittions pas d’une semelle, ni par le corps ni par l’esprit. Et cela n’était pas pesant. Nous étions libres à deux. Libres de galoper à perdre haleine dans les plaines du Gondor, libres de nous baigner pendant des heures dans les eaux du Grand Fleuve, libres de chasser, de dormir, de jouer comme des enfants ou de chanter ensemble sur un air de harpe, et le plaisir de l’un était décuplé par le plaisir de l’autre. Maedlin était un compagnon charmant, un peu exubérant parfois, tendre toujours. Il était pudique dans ses paroles, mais ardent dans ses gestes. Il avait une manière de me regarder, mi-grave mi-souriant, qui me donnait toutes les audaces. Pour lui j’aurais défié Sauron à mains nues... Et son silence était plus éloquent que tous les beaux discours.
Se battre à ses côtés était grisant. Il élaborait des stratégies sophistiquées, suivait une piste comme personne, atteignait le mille de ses cibles dix fois sur dix, et se battait à l’épée avec un coeur de lion et une agilité de chat. La pluie avec lui était drôle, la neige avec lui était chaude, même la boue avec lui devenait une glaise précieuse où marquer l’empreinte de nos pas. Il nous arrivait de nous chamailler, comme des louveteaux de la même portée, mais sans jamais une blessure, jamais une rancune. Quand je me mirais dans l’eau d’une rivière, c’était son visage que je voyais. Et quand nous dormions, nos rêves s’entremêlaient avec la même complicité que celle de nos corps confondus.

L’orage nous avait poussés vers une grotte, sur les contreforts des Montagnes Blanches. Le voyageur précédent avait laissé un peu de bois sec dans un coin, et c’est avec des soupirs de bonheur et des rires d’enfants que nous commencions à nous sécher, quand je vis Rolanya dresser l’oreille vers le fond de la grotte, et Frère Loup gronder vers son entrée. J’entendis dans l’esprit de ma jument l’esquisse d’un gémissement lointain, tandis que Maedlin sortait de la grotte, Frère Loup à son flanc.
« Un détachement d’Orques », me cria-t-il. « Et de ton côté ?
- J’ai l’impression qu’il y a quelqu’un au fond, peut-être un voyageur égaré, ou blessé... Rolanya a entendu une plainte...
- Les Orques d’abord », me sourit Maedlin en prenant son arc. « Je ne vais pas te laisser t’amuser toute seule ! »
Il en abattit quatre avant qu’ils n’arrivent à portée d’épée. Puis nous engageâmes le combat. Rolanya avait appris à Alcar à se battre, et l’étalon semblait prendre autant de plaisir que son maître à malmener les Orques. Frère Loup n’était pas en reste, qui leur sautait à la gorge quand il avait la place de prendre son élan, ou bien se faufilait dans la mêlée, mordant cuisses et mollets de ses crocs sans pitié. Kyo était partisan de l’attaque en piqué. Il choisissait sa proie, crevait un oeil puis l’autre et s’esquivait pour revenir aveugler un autre adversaire, avec la constance des vagues sur le rivage.
La vingtaine d’assaillants fut terrassée rapidement, en une séance intense mais cependant plaisante. Il n’y eut pas de survivant. Nous entassâmes les corps à mi-pente. Il faudrait les brûler dès que possible, mais cela pouvait néanmoins attendre le lendemain.
« Une bonne chose de faite », déclara Maedlin en essuyant ses mains ensanglantées sur l’herbe mouillée. « Maintenant, le voyageur. »
Frère Loup avait été légèrement touché à l’épaule. Je décidai de l’accompagner au ruisseau pour bien nettoyer la plaie avant de la recouvrir de baume.
« Je vais jeter un oeil au fond de la grotte », déclara Maedlin.
J’avais ramassé un peu de bois pour le lendemain et je finissais d’enduire la blessure de Frère Loup quand Maedlin revint, portant dans ses bras un corps inanimé.
« Pauvre petite », me lança-t-il. « Elle est transie de froid ! Je n’ai pas vu de blessure mortelle, juste quelques contusions. »
Il la déposa près du feu, la couvrit de sa propre cape, et lui parla doucement en lui tapotant les joues, en lui massant les mains et les pieds. C’était une jeune fille toute frêle, dont le visage était plus mature que le corps. Elle avait sans doute une vingtaine d’années, et encore les formes d’une adolescente. Elle portait une robe bleue, richement brodée, mais pas un seul bijou. Elle avait dû être victime d’une bande de voleurs, et n’avait trouvé son salut que dans sa course rapide, pieds nus, jusqu’au fond de la grotte. Depuis combien de temps était-elle là ? C’était difficile à dire. Elle avait les yeux cernés, les lèvres sèches, peut-être plusieurs jours... Je préparai une infusion avec certaines des herbes qui alourdissaient régulièrement mes poches, et Maedlin s’employa à essayer de la lui faire boire. Il y parvint enfin, et après plusieurs gorgées péniblement avalées, la jeune fille ouvrit les yeux et sourit à Maedlin penché sur elle. Je m’approchai alors, mais dès qu’elle croisa mon regard elle porta la main à sa bouche comme pour réprimer un cri d’épouvante et se jeta dans les bras de Maedlin en tremblant de tous ses membres. Je restai en retrait tandis qu’il l’apaisait comme on calme un enfant, la persuadant non sans peine de relâcher son étreinte affolée et de boire encore un peu. La nuit allait tomber bientôt et je partis chasser avec Kyo, laissant Frère Loup, malgré ses protestations véhémentes, se reposer au coin du feu. Nous ramenâmes un lièvre, une poule d’eau et quelques oeufs de caille. En bas de la montée j’entendis la voix de Maedlin qui chantait une chanson gaie en s’accompagnant de sa harpe, mais aucune voix ne lui donnait la réplique. C’était pourtant un dialogue facile, que tous les enfants d’Arda connaissaient dès leur plus jeune âge...
Je me glissai sans bruit dans la pénombre, longeant la paroi rocheuse. L’inconnue ouvrait de grands yeux effarés, et si son front plissé semblait indiquer qu’elle cherchait à se souvenir, ses joues restaient pâles et ses lèvres muettes. J’entrai doucement dans la lumière dansante du feu, et elle eut le même mouvement de panique en me voyant. Maedlin cessa de jouer.
« Allons, n’aie pas peur ! Je te l’ai dit, c’est Narwa Roquen, l’Istar ! Tu as forcément entendu parler d’elle... Tu sais bien qu’elle ne te ferait jamais de mal ! »
La jeune fille cessa de trembler mais resta pétrifiée, ses immenses yeux bleus hagards rivés sur moi comme sur un serpent venimeux, en se tordant les mains.
« Je ne comprends pas pourquoi elle te redoute autant », déclara mon compagnon comme pour me consoler, ou comme pour s’excuser peut-être de la confiance aveugle dont il semblait bénéficier.
Je lui souris.
« Elle est sûrement profondément choquée par son aventure. Si Rolanya ne l’avait pas entendue elle serait probablement morte d’épuisement avant longtemps. Tu vas t’occuper d’elle, je resterai à bonne distance et qui sait, elle finira peut-être par m’accepter... surtout après un bon repas chaud ! »

Elle refusa de lâcher la main de Maedlin quand celui-ci parla de dormir. Il s’étendit donc entre nous deux, et pour le laisser s’installer confortablement, je renonçai à ma place préférée, ma tête sur son épaule. Frère Loup vint se coller contre moi et quand il fut sûr que Maedlin dormait, il se glissa dans mon esprit pour me murmurer :
« Reste sur tes gardes. Cette jeune fille est bien étrange, et j’ai un pressentiment.
- Merci,
onoro (1). Je suis intriguée, moi aussi. Son esprit est totalement cadenassé, ce qui n’est pas habituel chez les Humains. Je ne sens pas de magie en elle, mais on ne sait jamais. Dormons, maintenant. La journée a été longue. »
Un soupir de fauve repu fut sa seule réponse.

J’avais très envie de repartir dès le lendemain ; la région était infestée d’Orques, et s’ils venaient nous assiéger en grand nombre, notre situation risquait d’être délicate. Et puis malgré moi j’éprouvais un sentiment de méfiance instinctive envers cette jeune fille que j’aurais dû seulement plaindre, et ma propre ambiguïté me mettait mal à l’aise. Mais l’épaule de Frère Loup saignait encore au moindre mouvement, et il pleuvait à verse ; des trombes d’eau poussées par un vent violent se déversaient sans relâche sur une terre déjà gorgée d’eau, et le ciel restait obstinément d’une couleur gris foncé, comme si ses réserves de pluie étaient inépuisables.
J’envoyai Kyo inspecter les environs, j’empruntai l’arc de Maedlin et je partis chasser avec Rolanya, plus pour m’occuper le corps et l’esprit que par réelle nécessité. Je traverse le feu sans crainte, mais je déteste la pluie qui colle les vêtements au corps et transforme les cheveux en épaisses lianes dégoulinantes, avec le froid qui s’insinue dans chaque pore pour figer doigts et orteils. Mais je voulais laisser à la jeune fille le temps de retrouver ses esprits et peut-être son langage, ce qui nous simplifierait la tâche pour la ramener auprès des siens.
Le gibier devait trouver, lui aussi, que le temps était trop exécrable pour sortir du terrier ou du nid, car de toute la matinée nous ne croisâmes rien à chasser, hormis une jeune biche effrayée à qui je fis grâce car c’était beaucoup trop de viande pour un seul jour – je comptais bien repartir au matin suivant. Je mis pied à terre pour cueillir quelques pissenlits, désespérant de ramener rien de plus consistant, quand je fis lever un vol de perdrix. Je réussis à en toucher deux, en me disant que Maedlin aurait sûrement fait mieux, et il fallut ensuite les retrouver, dans les buissons où elles étaient tombées, et Frère Loup me manqua cruellement.
« Je suis là, moi », me susurra mentalement Rolanya ; elle me parlait si rarement que j’accueillis son reproche implicite avec une vague de remords salé et je me penchai tendrement sur son encolure pour lui répondre.
« Pardon, ma belle. Ta seule présence est une bénédiction. »

La pluie cessa juste quand nous gravissions la pente menant à la grotte. De loin je vis Maedlin sortir, tenant la jeune fille par la main, et se diriger vers le ruisseau. Très bien, je plumerais les perdrix seule.
J’avais à peine terminé et j’allumais le feu quand je les vis revenir, Maedlin portant une brassée d’herbes sauvages et la jeune fille arborant un sourire ravi qui se ternit en me voyant.
« Elle parle ! », me cria-t-il joyeusement. « Vas-y, montre-lui ! Allez ! »
Elle me regarda fixement et articula avec peine :
« Il... s’appelle... Maedlin... et toi tu es... Narwa... Roquen. »
Je lui souris, évitant de faire le moindre geste.
« Et toi, qui es-tu ? »
Elle secoua ses longs cheveux blonds qui, démêlés et coiffés, cascadaient sur ses épaules.
« Je ne ... me sou... viens pas...
- Viens t’asseoir près du feu, tu as l’air d’avoir froid. Est-ce que tu te souviens de quelque chose sur ta vie, sur tes parents ? »
Elle fronça le sourcil et regarda les flammes qui commençaient à s’élever du brasier.
« Je revois... un château... et ... mon père... il a... les cheveux blancs...
- Eh bien voilà qui va nous aider grandement dans nos recherches », déclara Maedlin en me faisant un clin d’oeil.
Je ne savais pas résister à son humour pince-sans-rire, mais cette fois je me retins.
« Je crois que le mieux serait de rallier Minas Tirith dès demain. Peut-être le roi, ou quelqu’un de sa cour, la reconnaîtra-t-il.
- Bien parlé. Nous partirons demain. Notre amie a tenu à ramasser des herbes pour nous faire une bonne tisane. Tu vois, petit à petit la mémoire lui revient ! »
Quand je m’endormis, Maedlin jouait encore de la harpe en sourdine, et la jeune fille fredonnait. Le froid et la pluie m’avaient fatiguée, et je sombrai dans un sommeil sans rêve.

Ce fut le hennissement de Rolanya qui me réveilla, et sa langue tiède sur mon visage.
« Ils sont partis pendant que je buvais au ruisseau. Alcar m’a appelée, il m’a dit que Maedlin n’était pas dans son état normal. »
Un étau m’enserrait les tempes. Frère Loup dormait encore, et j’eus beaucoup de mal à le tirer du sommeil. Maedlin avait laissé sa harpe près du feu éteint, et quand je la soulevai je vis, tracé dans la poussière, cet unique mot : « Namarië (2) ».
Mon coeur chavira sous le choc et je restai là assise, sidérée, assommée, l’esprit vide de pensées, avec toujours cette douleur qui me martelait le crâne.
Rolanya, alarmée, me transmit :
« Tu n’as rien entendu ?
- Non, rien du tout.
- Et Frère Loup non plus ? Elle vous a drogués, c’est sûr... Toutes ces herbes...
- La tisane ? Non, je les ai vues, rien de méchant, de la valériane, de la passiflore, de la menthe, du thym...
- J’ai trouvé que la viande avait un drôle de goût, hier soir », ajouta Frère Loup en bâillant. « Il n’y avait pas que du thym. Elle a dû ajouter quelque chose, un poison qu’elle dissimulait... »
Je haussai les épaules.
« Nous étions peut-être simplement fatigués... »
Mais Rolanya ne l’entendait pas de cette oreille.
« Je te dis que ce n’est pas normal. Allez, debout, ils n’ont pas beaucoup d’avance, on va les rattraper !
- Je pars devant
», annonça Kyo.
- Non, attends ! »
Je n’arrivais pas à aligner deux idées. Maedlin était parti, il m’avait dit adieu. Est-ce que c’était possible ? Je me pinçai. Ce n’était pas un rêve. Maedlin était parti... Pourquoi l’aurais-je suivi, si c’était son choix ? Il avait le droit d’aller et venir, il n’y avait entre nous aucune contrainte. Cette jeune fille, si frêle, si fragile, loin des siens... C’était peut-être plus tentant pour lui qu’une Istar combattante, toujours prête à en découdre, dotée de pouvoirs magiques et d’une paire d’épaules solides, que rien n’effrayait, pas même la solitude... Je pouvais le comprendre. Et j’aurais été bien indiscrète si...
« ‘ROQUEN ! »
Le cri tonitruant de Rolanya dans ma tête me fit fermer les yeux sous la douleur. Elle m’asséna son avis comme à coups de massue.
« Réveille-toi ! Cette fille vous a tous drogués, elle a enlevé Maedlin, il est peut-être en danger, alors tu te lèves et je t’emmène. Je porterai aussi Frère Loup, vous n’êtes pas très lourds tous les deux, ça ne nous ralentira pas. D’abord on le retrouve. Tu réfléchiras après. »
Je la regardai, éberluée. Je n’avais plus de barrières, elle avait lu dans mes pensées à livre ouvert. Cela, peut-être, ce n’était pas habituel. Je me levai comme un automate et la grotte se mit à tourner autour de moi à m’en soulever le coeur. Je m’accrochai à la crinière de Rolanya pour ne pas tomber.
« Je crois que tu as raison », murmurai-je. « Nous avons été empoisonnés. »
Rolanya s’assit pour que nous puissions sans effort nous installer sur son dos, Frère Loup et moi.
Kyo cria dans le ciel et me communiqua :
« Ils sont partis à couvert, par le bois, je ne vois rien ! »
La piste menait au ruisseau. La ruse habituelle. Rolanya huma l’air et s’avança vers l’amont. Au bout de quelques foulées, elle hennit de joie.
« Là, regardez ! Un crottin ! L’eau ne l’a pas encore complètement défait. Alcar nous a laissé une trace, il me l’avait promis... »
Le pauvre étalon avait dû se forcer, car nous relevâmes une dizaine de crottins sur presque une lieue de ruisseau. Puis les traces remontèrent sur la terre ferme, profondes comme celles d’un cheval lourdement chargé, et Rolanya prit le galop.

« Nous sommes suivis », m’informa Kyo. « Des loups ! Mais ils ne te ressemblent pas, Frère Loup ! Ils ont deux fois ta taille, et leur bave empeste le ciel et pourrit la terre sous leurs pas ! Ils sont six, et leur course est rapide !
- Des descendants de Carcharoth », murmurai-je en essayant de réfléchir.
Mais mon corps était engourdi et mes pensées éparpillées. Je ne pouvais pas risquer la vie de mes amis... Je rassemblai mes forces, et je sentis l’esprit de mes compagnons me transmettre leur énergie mentale, avec, comme toujours, une confiance généreuse et entière. Je réussis à créer derrière nous un banc de brouillard épais. Cela amoindrirait notre odeur et ralentirait leur allure ; mais ils ne lâcheraient pas notre trace pour autant.
« Nous, les loups, avons horreur du feu. Pour magiques qu’elles soient, je serais étonné que ces créatures le traversent volontiers...
- Tu vas mieux, mon Frère, et j’en suis ravie. Mais je viens d’épuiser nos dernières forces dans ce brouillard, et ce n’est pas un feu de camp qui ralentira nos poursuivants. »
C’est alors que Kyo poussa un cri de joie, et je le vis s’éloigner à tire d’aile en direction d’un point noir volant à l’horizon. Il revint bientôt, pourchassé par un immense dragon femelle, manifestement furieux, qui crachait sa rage sans réussir à l’atteindre.
« Rolanya, prépare-toi à bondir comme si ta vie en dépendait, ce qui d’ailleurs... Mais... Oh là... J’ai choisi la plus teigneuse, c’est bien ma veine ! A tout à l’heure... »
Kyo amorça une descente en piqué juste derrière nous, vola quelques instants au ras du sol... et remonta, esquivant de justesse le rideau de feu qui s’embrasait autour de lui ; il recommença la manoeuvre, une fois, deux fois, trois fois... Et toujours le dragon élargissait la barrière de feu qui nous protègerait des loups.
« Et maintenant ? Comment vas-tu t’échapper ?
- Je n’en sais rien... En lui faisant des excuses ? En l’invitant à dîner ? Si tu as une idée, ‘Roquen, c’est le moment !
»
Je contactai l’esprit du dragon, et renonçant à parlementer en raison de la déferlante de colère qui l’envahissait, je tentai, à tout hasard, une approche bruyante, et je hurlai dans sa tête :
« As-tu des nouvelles de Derianax (3) ? »
La chance voulut bien me sourire. Le dragon freina son vol, me regarda enfin, et me répondit d’un ton suspicieux :
« Qui es-tu, pauvre humain, pour demander des nouvelles du Maître Dragon ? »
Je lui envoyai autant d’énergie apaisante qu’il m’en restait.
« Je suis une amie de Derianax. Je m’appelle Narwa Roquen. Je l’ai connu tout petit. Je suis contente de savoir qu’il est Maître Dragon !
- Ouargmf...
»
Je sentis la bête se détendre.
« Il nous parle souvent de toi. Je lui dirai que je t’ai rencontrée. Mais... Arrrhhh... ton ami l’oiseau m’a insultée !
- Je te présente toutes les excuses que tu mérites. Nous sommes poursuivis, et mon ami Kyo n’a trouvé que cette ruse pour décourager les loups.
»
Je la vis scruter le lointain, par-dessus la barrière de flammes.
« Hum... Il aurait pu simplement me demander mon aide. Allons, cela est bien. Je saluerai le Maître de ta part. Quant à ces chiens de prairie, ne t’alarme pas, je m’en occupe.
- Que tes chasses soient prospères et le vent favorable. Sois remerciée et honorée pour ta générosité.
»
Le dragon manifesta son contentement par un petit hochement de tête et battit des ailes pour s’éloigner.
« Mais que lui as-tu dit, Kyo ? »
L’oiseau gloussa, ce qui équivalait chez lui à un franc éclat de rire.
« J’aime mieux ne pas te le répéter... Tu me prendrais pour un de ces corbeaux vulgaires et sans honneur, qui se délectent de charognes et insulteraient leur propre mère... Alors que je suis un oiseau respectable, et d’une politesse extrême ! »
Il se posa sur mon bras, et j’embrassai délicatement sa tête moirée.
« Merci, mon frère. Tu nous as sauvés.
- Penses-y, à ton prochain festin. Les yeux d’Orques, j’en ai plus qu’assez !
»
Il s’envola joyeusement, et nous reprîmes notre course.

« Pourquoi tu ne le contactes pas par l’esprit ? », me demanda Rolanya en reprenant le trot après une longue galopade effrénée.
« Ce ne serait pas prudent », répondit à ma place Frère Loup. « Si cette fille possède un peu de magie, elle pourrait capter le message et savoir que nous la suivons, et nous perdrions l’effet de surprise.
- En effet », acquiesçai-je pour me donner une contenance, alors que mon esprit était aussi embrumé que les Marais des Morts. Je ressentais de plus une nausée tenace comme si j’avais été à bord d’un frêle esquif sur une mer démontée, et ma tête pesait le poids d’un Balrog sur mes épaules courbatues. Si ce n’avait été pour Maedlin, s’il n’avait couru aucun danger, je me serais couchée dans l’herbe, même mouillée, et j’aurais fermé les yeux.
Rolanya stoppa net. Au détour d’un bosquet apparut un petit château de pierres blanches, surmonté d’une haute tour de guet. Rolanya s’engouffra aussitôt dans le bois, à couvert.
« J’espère qu’ils ne nous ont pas vus ! »
Je mis pied à terre, et j’avais encore du mal à garder l’équilibre.
« Merci, Rolanya. Tu as raison. Mieux vaut attendre la nuit. J’espère que d’ici là j’irai mieux...
- Et tu n’as rien au fond de tes poches, qui nous rendrait plus alertes ?
- Peut-être, mais nous ne pouvons pas faire de feu, et... Frère Loup, tu es grand ! Nous pouvons toujours mâcher les feuilles... »
« Que c’est mauvais !
», me transmit Frère Loup. « La prochaine fois que j’ai une grande idée comme celle-là, je t’en prie, fais-moi taire ! »

Par chance, c’était une nuit sans lune. Quand je me levai, après avoir quand même dormi trois bonnes heures, je sentis que j’avais recouvré toutes mes facultés, et Frère Loup trottinait comme un louveteau : son épaule était guérie. Nous approchâmes à pas feutrés de la petite citadelle, et je décidai d’en escalader le mur jusqu’à la fenêtre de la tour. Une lumière y brillait, et j’avais cru voir... C’était une illusion sans doute... Mais il m’avait semblé que cette silhouette était celle de Maedlin. J’entendis Frère Loup penser, avec un ricanement mental :
« Comme c’est romantique, un beau prince retenu dans la plus haute tour... »
Je m’étranglai de rire mais réussis à rester silencieuse. Un chose était certaine : nous allions bien.
Je laissai mes compagnons au pied de la muraille et j’entamai mon ascension. Il y avait assez de jeu entre les pierres pour fournir des prises faciles, mais on n’y voyait vraiment rien et je devais tâtonner pour trouver mes appuis. Si j’avais été Radagast, je me serais transformée en araignée... J’entendis un aigle glatir dans le ciel au dessus de moi, et Kyo lui répondre. Avant que je n’aie eu le temps de comprendre, je me rendis compte que j’avais à ma disposition huit pattes extrêmement sensibles, par lesquelles je percevais la moindre aspérité de la pierre, et quatre paires d’yeux, dont trois voyaient parfaitement dans l’obscurité. Je vibrais au moindre souffle de brise, je ressentais les odeurs avec une intensité extrême, et un parfum de pomme et de cannelle m’attirait irrésistiblement... Je lançai une pensée émue et reconnaissante vers Radagast, sans recevoir de réponse. Je me mis à rire sous cape en imaginant l’expression de Maedlin si j’apparaissais à la fenêtre sous forme d’une araignée géante... Je reçus alors comme une caresse la voix de Radagast dans ma tête, frémissante, chaude, amie enfin :
« Ne t’inquiète pas. Mais redescends par les escaliers ! »
Je voulus lui répondre, mais j’avais déjà atteint la fenêtre et je me sentis redevenir bipède. Etonnée, je manquai une prise et me retrouvai un instant suspendue par trois doigts au dessus du vide... « Là. » Mon pied trouva un appui. Je me concentrai sur mon énergie sauvage, la fenêtre vola en éclats et je sautai à l’intérieur, Ambaron la flamboyante déjà dressée dans ma main, et Kyo avec moi hurlant sa rage.
Maedlin était agenouillé béatement devant notre ancienne protégée, vêtue d’une somptueuse robe rouge sang au décolleté profond garni de broderies de perles et d’or. Aucun des deux n’esquissa le moindre geste.
« Tiens, mais c’est la célèbre Narwa Roquen ! Voilà une intrusion bien... cavalière, il me semble... Que viens-tu chercher ici ? Cet Elfe est à moi, et à moi seule. »
Elle regarda vers la fenêtre, et un épais mur de pierres vint combler le vide laissé par le verre brisé.
« Pose ton épée. Celui qui m’a mandée sera très heureux de te voir. Tu as foncé tête baissée dans le piège ! »
J’hésitai un instant. Je n’ai jamais aimé répandre le sang inutilement. Mais il était dit que ce soir-là je ne serais pas au bout de mes surprises, car pendant ce bref instant de doute Maedlin s’était levé, vif comme l’éclair, et il tenait maintenant sa longue dague effilée sur le cou gracieux de la jeune femme.
« Tu en as mis du temps, ‘Roquen ! Je te présente Naëria, qui fut une agréable compagne de voyage... tant que j’étais à moitié endormi par ses drogues... Ensuite, elle a essayé de forcer mon esprit pour faire de moi son esclave dévoué, et elle a cru si bien réussir qu’elle a renoncé à employer d’autres philtres magiques... Mais ma chère, quelles que soient votre audace et votre beauté, regardez bien l’Istar qui se tient devant vous : serait-elle défigurée par une magie perverse, rendue impotente et stupide par les blessures les plus graves, que devant elle vous ne seriez jamais qu’un misérable insecte face à la plus brillante des étoiles. Et c’est à elle et à elle seule que mon corps, mon coeur et mon âme appartiennent pour l’éternité.
- Vous ne sortirez jamais d’ici », glapit Naëria. « Saroumane a tout prévu...
-Je n’en doute pas un instant ! »
L’oeil flamboyant, il la fit lever, le poignard toujours plaqué contre la gorge tendre. Jamais il ne m’avait paru aussi beau et aussi désirable, jamais je n’avais été aussi fière de lui... Je voulus ouvrir la porte, mais elle était scellée. Naëria ricana. Je lui souris. Ambaron s’enfonça dans le bois comme s’il s’était agi d’une simple motte de beurre, et je découpai une porte plus petite, qui s’ouvrit dans un bruit fracassant sous la poussée du bec de Kyo...
Naëria pâlit. Nous nous engouffrâmes dans le couloir, mais déjà dans l’escalier résonnaient les pas cliquetants et lourds d’une garnison Orque.
Je souris à Maedlin, et il me sourit. Il plaça Naëria devant lui comme un bouclier, tandis que d’un revers d’Ambaron, mon épée de lumière, je désarmais mon premier adversaire avant de le décapiter. Le sang jaillit comme une fontaine, maculant d’un noir fétide la splendide robe de Naëria. Je ramassai l’épée en esquivant le coup mortel d’un Orque gigantesque, et la tendis à Maedlin qui en profita pour la lui enfoncer dans le cou. L’arme était grossière, mais son fil était tranchant.
Nous progressâmes dans l’escalier, piétinant au fur et à mesure les cadavres qui jonchaient les marches, manquant souvent de glisser dans le marécage gluant constitué de sang et d’entrailles crissantes comme une neige singulière. Kyo nous encourageait de ses cris joyeux, arrachant un oeil de ci de là, comme s’il se fût agi de simples cerises dans le bec d’une pie voleuse. Je vis Naëria s’affaisser, et Maedlin la laissa glisser au sol sans un regard. Les Orques ne respectaient rien en dehors de leur Maître Obscur, et je ne fus ni étonnée ni peinée de son sort.
A nous deux, nous occupions toute la largeur de l’escalier, et c’était une position idéale pour combattre, puisque nous n’avions pas à surveiller nos arrières. C’était presque trop facile, pour ne pas dire lassant. Mais tout à coup Kyo lança un cri d’alarme et je devinai plus que je ne vis l’éclair d’une lame qui s’abattait dans le dos de Maedlin. Dans la même fraction d’un instant éternel, je hurlais son nom, j’enfonçais Ambaron dans un ventre visqueux, et ma main gauche lançait un de mes précieux stylets Nains droit sur la dague en plein vol. Oromë devait me protéger, car celle-ci fut déviée et ne frappa que le vide. Je passai devant Maedlin pour accaparer son adversaire, pendant qu’il se retournait pour fendre en deux la jolie tête blonde de Naëria, dont la cervelle claire éclaboussa le visage stupéfait, dans la sonorité mate d’un fruit mûr écrasé.
Bientôt nous arrivâmes au pied de l’escalier, dans une pièce monumentale, garnie des deux côtés de magnifiques colonnes de marbre blanc, éclairée comme en plein jour par une centaine de torches appliquées contre les murs et par l’éclat fastueux d’un immense lustre de cristal. Face à la porte d’entrée, à notre gauche, un trône d’une blancheur immaculée reposait sur une estrade recouverte de perles fines. Il me vint la pensée saugrenue qu’il serait bien long de les compter, et que l’artisan qui avait réalisé ce joyau devait avoir une patience infinie, quand une forme blanche se détacha du trône et lança un éclair blanc dans notre direction. Je l’esquivai et ripostai, tandis que Maedlin, d’un geste sûr, envoyait sa longue dague trancher la corde qui retenait le lustre monumental. Il s’effondra dans un fracas de tempête, tandis qu’une averse de grêlons de cristal scintillait de mille feux irisés, dans la cascade délicate d’une kyrielle de tintements gracieux. Saroumane fit un pas en arrière et profitant de ce bref répit je lançai dans ses jambes un casque d’Orque encore rempli de la tête de son possesseur, comme une vulgaire boule dans un jeu de quilles. Saroumane, déséquilibré, tomba à terre. La porte massive et barricadée était à trente pas devant nous. Nous pûmes franchir la moitié de la distance avant de nous jeter derrière un pilier, échappant de justesse à deux éclairs furieux.
« Vous ne m’échapperez pas ! », ricana Saroumane.
Et il déchaîna sur nous toute la force de sa colère, nous obligeant à danser d’une colonne à l’autre comme des ours maladroits sous le fouet du dompteur, tandis que de sinistres craquements semblaient annoncer que nous ne serions bientôt plus que des cadavres mutilés sous l’effondrement de la voûte. Je contre-attaquais du mieux que je pouvais, sentant mes forces s’affaiblir d’instant en instant; enfin je me dis que cette fois, je ne serais pas de taille à affronter cet adversaire-là, et c’est sans regret que je m’apprêtais à quitter ce monde, quand la lourde porte du château explosa sous l’impact de trois boules de feu derrière lesquelles se tenait l’ombre indiscutablement familière de Radagast.
« Laisse-les partir ! », rugit-il comme la plus féroce des bêtes sauvages, lui qui était l’incarnation même de la douceur et de la compassion. « Tu as encore besoin de moi ! Laisse-les ! »
Nous nous précipitâmes sans aucune dignité vers la porte ouverte, comme deux lapins fuyant le terrier menacé. Rolanya avait réussi à libérer Alcar de son box, et les deux chevaux nous attendaient. Nous sautâmes sur leur dos et ils nous emportèrent dans la nuit complice. Je contactai mentalement mes amis.
« Ton épaule, onoro ?
- ...va bien,
seler (4). Je ne gagnerai pas la course ce soir, mais je suis dans ta trace.
- Kyo ?
- Je suis au dessus de toi. Après le bosquet, tournez à droite. Il y a un village à une lieue à peine, et si je me souviens bien, c’est Taridel.
»
Taridel ! Et mon amie Sonina, la femme du bûcheron, et ses merveilleuses tartes aux pommes... La chance était décidément de mon côté, ce soir, et qu’elle rendait la vie facile !

Nous avions bien mangé, malgré l’heure tardive, car Sonina et son mari Iffrig nous avaient accueilli avec leur générosité coutumière, et nous avions bien dormi, dans la paille de la grange. Maedlin somnolait encore, sa main sur mon ventre, et je contactai doucement Kyo, perché sur la poutre maîtresse comme à son habitude.
« Kyo... Est-ce que Radagast... t’a laissé un message pour moi ?
- Est-ce que sa présence n’était pas déjà un message ?
», me répondit-il en bougonnant comme un oiseau réveillé avant l’heure.
- « Mais... rien ? »
Je l’entendis soupirer en esprit, et sa voix se fit plus douce.
« Tu as de la chance, ‘Roquen. Je ne dis pas que tu ne la mérites pas. Nous t’aimons tous. »
Il déploya ses ailes et s’envola vers le grenier. Le cri d’un mulot surpris m’informa qu’il avait trouvé son petit déjeuner.
Sin simen, inye quentale equen, ar atanyaruvar elye enyare. Oromë valuvar, yeva ata min (5).

N.d.A.

(1) : Mon frère
(2) : Adieu
(3) : cf « Joyeux Anniversaire » in Concours « Monstres et fils »
(4) : Ma soeur
(5) : Ici et maintenant je vous ai conté ce récit, et vous le raconterez à votre tour. S’il plaît à Oromë, il y en aura encore un

Ecrire à Narwa Roquen
© Narwa Roquen



Publication : 17 May 2009
Dernière modification : 25 May 2009


Noter cette page : Vous devez vous identifier pour utiliser le système de notation

A toi de choisir parmi les récits et illustrations sur le site

Fladnag
Entre deux eaux  
Narwa Roquen
L’Esprit-Clef  
Poursuites  

signifie que la participation est un Texte.
signifie que la participation contient un Dessin.


3 Commentaires :

Narwa Roquen Ecrire à Narwa Roquen 
le 27-05-2009 à 18h20
Réponse à Eltanïn
... c'était juste pour voir si les lecteurs étaient attentifs, mais je te rassure, si Oromë me prête vie, il y en aura d'autres...
Eltanïn Ecrire à Eltanïn 
le 27-05-2009 à 15h41
Youhou!
Je n'avais pas lu la première version, mais, celle-ci me plaît beaucoup! Et c'est surement parce qu'elle est amoureuse, je l'ai trouvée d'humeur plus joyeuse que d'habitude.

Maiheuh, ça veut dire quoi, "S’il plaît à Oromë, il y en aura encore un" ? C'est pas le dernier quand même ? :O
Netra Ecrire à Netra 
le 22-05-2009 à 22h02
*Elle est toujours amoureeeeu-se*
Non mais Narwa, voyons, c'est les princes qui sauvent les princesses, pas l'inverse... Quoi, t'es pas une princesse mais une Istar ? Bon, bon, OK...

Par contre, plus sérieusement... C'est pas ton niveau habituel, là. Pas du tout.
Du moins, plus à partir de la phrase "C’est ce que nous verrons !" qui aurait d'ailleurs pu être remplacée par un "Nous verrons" beaucoup plus élégant.
Globalement...

Voir la suite de ce commentaire



Ajouter un commentaire

Pseudo
Mail
Titre ou commentaire concis
Commentaire détaillé
(Optionnel)



Page générée en 81 ms - 193 connectés dont 5 robots
2000-2017 © Cercledefaeries