Version HTML ?



La légende de Faerie

Connaissez-vous, amis, la secrète légende
De ce pays perdu entre forêts et landes ?
Il recèle en son sein des trésors merveilleux
Cachés aux yeux du monde et aux regards des Dieux.

Lorsque l'aube câline arrive à pas feutrés
Et teinte de corail la verdure des prés
Les brumes matinales en coulées cotonneuses
Glissent nonchalamment au fond des combes creuses.

Quand le merle siffleur chante l'heure du réveil
C'est à ce moment là que toute chose s'éveille
L'air vibrant de douceur vient alors caresser
Sur le pistil des fleurs, les gouttes de rosée.

Si le lys martagon et la gentiane bleutée
Se dressent fièrement aux abords des sentiers,
La discrète violette et le muguet exquis
Se cachent tout auteur de maints petits taillis.

Les ruisselets d'eau claire égrènent en sourdine
Leurs délicieuses et gaies mélodies cristallines.
La mousse et le lichen, en taches clairsemées
Exhalent au printemps des odeurs pimentées.

Promeneur solitaire, marche donc en silence
Et soit bien attentif, car, avec de la chance,
Tu pourras rencontrer au détour d'un chemin
Un peuple bien étrange venant des temps anciens.

Les jolies fées des fleurs en ballets colorés
S'agitent à l'entoure de bouquets parfumés.
Des lutins facétieux les aident gentiment
Agrippés sur le dos de beaux papillons blancs.

Leurs fines ailes translucides voltigent dans le soleil
C'est un enchantement au pays des merveilles
Des arômes suaves viennent pour vous enivrer,
Faites bien attention, c'est pour mieux vous charmer.

Puis, dans le doux déclin de la lumière du jour,
Les ombres s'allongeant estompent les contours
Des massifs enchantés de ce pays charmant,
Tandis que les étoiles se lèvent au firmament.

C'est au clair d'une lune toute ronde et dorée
Que les elfes joyeux envahissent les prés
Un chant s'élève alors venant de la forêt,
Il annonce l'arrivée de joyeux farfadets.

Dans leurs habits dorés, mille et une lucioles
Eclairent les sous-bois d'une gaie farandole
C'est le moment choisi par la reine des fées
Pour faire allègrement une triomphale entrée.

Toute la nuit durant ils vont se divertir
Mais l'aurore approchant il leur faudra partir.
Collines et vallons deviendront silencieux
Tout sera en repos au pays merveilleux.

Adieu tendre chimère, mon doux rêve est fini.
Sous mes paupières closes il s'est évanoui.
Sortilèges d'un moment restez dans mes pensées,
La magie reviendra dès que je le voudrai

Ecrire à Lindorië
© Lindorië



Publication : Concours "Songe d'une nuit d'été" (Janvier 2003)
Dernière modification : 07 November 2006


Noter cette page : Vous devez vous identifier pour utiliser le système de notation

A toi de choisir parmi les récits et illustrations sur le site

Alf
Sous les tamaris  
Amberle
Hielna
Colibri
Le rêveur de la Saint-Jean
Earendil
Baiser salé  
Eiko
Songe d'une nuit d'été  
Elbereth
Midsummer's night reality
Eve
Kezor'hal
Lindorië
La légende de Faerie
Lomega
Exode
Melisande
Nuit d'éternité
Mélophage
Nocturne
Narwa Roquen
Otso  
Orelye Menor
Un Acteur Shakespearien
Perpischore
L'oracle
Tesclaff
Le festin d'Annabelle

signifie que la participation est un Texte.
signifie que la participation contient un Dessin.


Aucun Commentaire



Ajouter un commentaire

Pseudo
Mail
Titre ou commentaire concis
Commentaire détaillé
(Optionnel)



Page générée en 80 ms - 673 connectés dont 2 robots
2000-2018 © Cercledefaeries